Articles

Affichage des articles du mars, 2011

LA FONDATION POPA / FRANCK-OLIVIER LAFERRERE

Vu sur Facebook...



Louis-Stéphane Ulysse...

par Franck-Olivier Laferrère, jeudi 17 mars 2011, 11:07
J’ai découvert l’œuvre de Louis Stéphane Ulysse en 2007 lors de la parution de La Fondation Popa,éditions Panama. La partie écrite de cet article a été publiée une première fois en 2008 dansStrictement-Confidentiel. Elle est ici complétée de l’entretien vidéo réalisé en septembre dernier à l’occasion de la parution de son nouveau roman, Harold ,aux  éditions du Serpent à plumes. 
http://livre.fnac.com/a2884573/Louis-Stephane-Ulysse-Harold

Parce lorsqu’il se trouve un écrivain pour prétendre que « raconter c’est résister », comme l’écrit Louis-Stephane Ulysse dans son roman, La Fondation Popa et que seul le retour de la critique pourrait en répercuter non pas l’écho, mais la juste note au milieu de la cacophonie du temps, internet devient le seul espace où pouvoir le faire...

Désormais la critique est, en soi, un acte Politique majeur. Je l’ai déjà écrit ? J’insiste. Parce qu’être écrivain  n’est pas le fruit d’une naissance spontanée. Non. Mais la marche solitaire d’un parlêtre sur le sentier des contrebandiers qui serpente au flanc de la falaise d’une époque, au bord du vide, parmi ses propres ruines et ses propres désastres. Parce qu’être écrivain, c’est accepter de mener sans fin une quête sans Graal au milieu des décombres et de la fureur du temps.

Dès lors, critiquer l’œuvre d’un écrivain, ne peut se réduire à rendre compte de sa dernière production en quelques lignes brouillonnes, lâchées avec verve et humeur pour satisfaire à la réalité économique et putassière du marché. Non. Critiquer un écrivain, c’est oser s’arroger le droit de prendre du temps. C’est résister à l’état d’urgence permanent qui voudrait nous faire croire qu’il n’existe pas d’autre choix. Mais c’est également prendre le risque de lâcher des bouts de soi dans les reflets incertains de ce qui se restitue de la lecture d’un écrivain…
C’est accepter de cheminer à sa suite, longuement, tout aussi solitaire, dans l’espoir de retrouver ses traces.
Critiquer l’œuvre d’un écrivain, c’est prendre le risque de mêler aux siens, son sang, ses larmes, ses joies et ses peines.
Critiquer un écrivain, c’est refuser à tout prix de chercher à dévoiler l’homme derrière ses livres.
« Derrière le voile, il n’y a rien », disait Lacan. Sans doute parce qu’il n’y a rien de plus stupide et de plus vain que de demander à un écrivain « comment ça c’est écrit »… Aussi vain et stupide que de demander à un sujet pourquoi il en aime un autre…À la fin de l’interrogatoire, le tortionnaire se retrouve nu, vide et abandonné. À la fin, il ne reste rien.

Je n’ai pas lu tous les livres de Louis Stéphane Ulysse mais seulement trois, chacun marquant une époque, bornant le chemin qu’il a emprunté voilà presque quinze ans avec son premier roman : Soleil sale, aux éditions Florent Massot.

Soleil Sale ou Arto et l’impossible traversée du fantasme.

Un écrivain ne poursuit jamais que ses propres obsessions, dit-on. Qu’il change le cadre ou la forme, rien n’y fait, c’est sans fin qu’il retournera à l’exploration de celles-ci, au risque de devenir fou, d’agoniser sur le bord de sa table de travail perpétuellement confronté à l’insaisissable de cet objet qui le questionne et qui reste, malgré tout son acharnement, impossible à circonscrire tout à fait. Il y aura toujours un reste. Un bout qui échappera au tourbillon de la langue où il aurait voulu l’enfermer. Éternel capitaine Achab pourchassant sa baleine blanche…
D’autant plus qu’invariablement, entre le projet de l’écrivain et ce qui lui échappe dans l’acte d’écrire, il y a ce miracle de la littérature, cette révélation morcelée qui se fait jour au fil des lignes qui s’accumulent sur les pages blanches du livre qui s’écrit.

Chez Louis Stéphane Ulysse, dès Soleil Sale, ce qui s’interroge c’est le Désir, cet innommable qui nous dirige et dont nous ne saurions percevoir que les traces. Le Désir et les fantasmes, ces masques derrières lesquels, il peut se cacher pour échapper au sujet qui le guette. Au point, parfois, de ne laisser à ce dernier que les leurres qu’il a déposé pour le tromper. Au risque de le perdre et de l’anéantir.
Voilà ce qui s’écrit d’Arto tout au long de Soleil Sale.

Pour tenter d’en dire quelque chose, dans ce premier roman, Ulysse essaye de nous montrer les traces qu’il laisse dans la réalité. Comme les tâches de sang que laisserait une tête heurtant violemment le bitume. Les traces sont tangibles. Le sol est maculé. Mais ce que nous pourrions en savoir ne tient qu’à l’interprétation. La vérité s’échappe. Elle reste hors d’atteinte. Elle se dilue avec l’eau de pluie et les engins de nettoyage de la mairie. Comme Arto, à ce stade, l’écrivain vient se heurter au Réel, à l’impensable, là où logent la mort, le Désir et le roc de la castration. Et l’on pourrait en rester là, à la lisière, tout aussi démuni qu’avant la première page comme cela arrive presque systématiquement avec la production livresque contemporaine qui n’en finit plus de cracher en série ses petits traités de sociologie émasculés. Mais Ulysse a perçu son issue, la brèche par laquelle s’immiscer et fracturer le Réel. Et ça prend la forme, avec Arto, d’un voyage en réseau… de la vie virtuelle et de la quête, dans cet univers immatériel où ne résonnent que des voix, d’un autre, une autre en l’occurrence, « supposée savoir »…En savoir plus long que lui sur lui-même et qui viendrait combler le vide, colmater le trou que creuse irrémédiablement le manque… Et il la trouve. Elle se nomme Soleil Sale, c’est son pseudo. Elle débite des phrases sans queue ni tête pour le quidam mais à Arto, ça parle. Il sait, lui, interpréter ses bribes informes. De même qu’il sait qu’elle, au moins, en connaît plus long sur lui que lui-même. Il en est persuadé. Alors il décrypte et il obéit. Il ne marche pas, il vole.
Ce qui se raconte-là, tous les solitaires qui ont un jour parcouru frénétiquement le web en ont appris quelque chose à un moment ou à un autre.
Arto qui a quitté sa province et la petite vie douce qu’il y menait pour être « libre », n’a finalement qu’une quête : celle d’un maître qui lui dirait ce qu’il est et ce qu’il désire…et un maître, contrairement à l’Amour, quand on le cherche, on le trouve...

Dans ce premier roman Ulysse a trouvé la forme qui convient, ses phrases sont heurtées comme pour mieux nous signifier qu’Arto ne ressemble à rien d’autre qu’à un jouet télécommandé qu’un enfant qui s’ennuie s’amuserait à cogner inlassablement contre une plinthe/plainte, jusqu’à l’épuisement définitif de ses batteries…

À l’heure de l’usage frénétique des réseaux sociaux et avec lui de l’apparition de symptômes qui, pour moi, s’apparentent aux déclinaisons d’une forme légère d’érotomanie, ce premier roman devrait être lu et commenté dans toutes les classes de première et de terminale…


De L’autre côté de la baie, Calmann-Lévy 2003.

Avec ce nouveau roman, la quête continue, mais quelque chose a changé. La réalité s’étiole doucement, déjà. Après les quelques soubresauts des premiers chapitres, elle devient le cadre presque banal dans lequel évoluent ses personnages.
Madj, le personnage principal, est allé au bout du fantasme. Il s’y est heurté violemment, mais en a réchappé. Il est allé comme un somnambule au bout de la quête de « l’avoir ». Avoir suffisamment pour vivre tranquille. Et après ? Le vide en soi est peut-être plus immense encore. Madj est là, à la tête d’une petite fortune bien mal acquise qui lui octroie le droit de jouer les rentiers pour au moins six ans…Six ans, et après ? et pendant ?

Mais il pourrait tout aussi bien être un écrivain « victime » d’un succès récent et inattendu, pour reprendre le mot de J.Cercas, que ce petit malfrat en cavale… en cavale ou dans cette sorte d’exil perpétuel de l’écrivain dont parle G.Rosales ?

Madj s’est cogné au Réel, mais il en a réchappé. Il est là, loin de tout, sur une île à touriste balayée par les vents venus de l’océan. Ce qu’il voulait, il l’a. Tout au moins ce qu’il croyait vouloir. Il a beau tendre l’oreille, parfois, il en vient à douter que son cœur bat encore. Dans cet état proche du coma, il erre comme un trou noir aspirant les êtres qui ne sauraient le lire. Et parmi eux, il y a Evelyne. Elle est la pièce manquante à cette vie en toc qu’il s’est construit…

Même à deux  je suis seul, même à deux en imitant quelqu’un qui me ressemble je suis seul, seul à savoir que je fais comme si, dans ce nouveau temps de confort et d’inertie.

Au milieu de ce tableau où ne semblent vivants que les éléments, il y a Burlin. L’incarnation de la culpabilité inquisitrice qui le ronge ? ou le reflet tronqué de Madj dans le miroir de la langue ?
Combien de temps faut-il pour apprendre qu’il n’y a d’obligation à rien… pas même à être malheureux ? Une vie ?

Pour Madj en tout cas ça n’est pas le juste temps de ce savoir-là. Non…
Peut-être parce que le semblant a fini par réussir à lui faire oublier ce qu’il est véritablement. Une illusion.
Madj se persuade qu’il ne peut que se perdre… Là-bas, de l’autre côté de la baie avec Elle. Elle qui l’attire irrépressiblement, comme un aimant géant un petit robot de fer-blanc dépourvu de volonté. Ce désir qui l’attrape par les couilles et le ferait traverser la baie à la nage s’il le fallait… Et après ?
Ce qu’il a perdu depuis qu’il l’a rencontrée, c’est la maîtrise, ce savoir rationnel de ce qui se joue. Tenu par les couilles ? Comme Arto qui les aura perdues pour de bon, ses couilles. Madj les lui laisse entre les mains et il se demande si c’est bien.
Mais que faut-il de savoir à un homme pour se laisser glisser dans l’Amour sans repentir et cesser, enfin, de se débattre comme un poulpe au bout de son harpon ? Quel chemin un homme doit-il parcourir pour accepter enfin d’apprendre quelque chose du roc de la castration ? Et combien de savoir supplémentaire lui faut-il acquérir pour accepter qu’il ne sera jamais plus perdu que loin de celle qu’il aime ?

C’est tout ça qui s’interroge dans ce roman. Rien de plus, mais rien de moins.

La Fondation Popa, Panama 2007, a vu son auteur récompensé par le  Prix du style. Et personnellement, je remercie vivement le jury parce que s’il y a bien une fonction des prix littéraires qui reste désespérément inusitée ces temps-ci, c’est bien celle qui leur permet d’ouvrir une brèche dans l’espace-temps étriqué que le marché offre à un livre et permette de lui donner ce temps nécessaire, si ce n’est à prendre son envol, tout au moins à cheminer à son rythme en direction des lecteurs qui ne sont plus, fut-ce provisoirement, sommés d’être de simples consommateurs...

Avec La fondation popa, on flirte doucereusement avec le surréalisme, là où la langue de Louis-Stéphane Ulysse se fait plus poétique que jamais. Mais il n’y a rien de gratuit dans ce parti pris. Non, parce que c’est sans doute la seule manière d’aborder cette dimension-là du Désir. Dans ce roman, Metzler Popa n’est pas, contrairement à Madj ou à Arto, un personnage un… Non, Meztler Popa n’est pas « tout entier », il a perdu la mémoire ce qui lui permet, à lui au moins, d’avouer ignorer ces courants souterrains qui sont à l’œuvre tout au fond de nous… Popa et son autre, c’est la transcription romanesque de la formule : « Je suis ce que je est » de J.Lacan (mais on pourrait orthographier momentanément « est » en « hais »…)
Ce que « je » est, je suis l’ignore, mais sans le « je » de je suis, je est…sans ce supplément d’âme nécessaire à constituer tout à fait un sujet… Mais je vous en ai déjà trop dit…
La Fondation Popa, auréolée de son joli bandeau du prix du style, est un livre auquel on doit s’abandonner. Il faut s’y lover confortablement puis se laisser porter par la langue de l’écrivain, sans quoi vous risqueriez de passer à côté. Lire un écrivain, c’est d’abord et avant tout lui accorder votre confiance, de la première à la dernière ligne… Laissez-vous faire, Ulysse sait plus que jamais où il mène sa barque…

Harold, éditions du Serpent à plumes, 2010.
Entretien vidéo réalisé en septembre 2010...


Si vous le croisez, ne demandez pas à Louis Stéphane Ulysse d’infirmer ou de confirmer cette critique, il vous dira humblement qu’il ne sait pas trop, qu’il n’a pas cette « intelligence-là ». Certes, Louis-Stéphane Ulysse n’est ni un professeur, ni un analyste, ni un universitaire. Non, Louis Stéphane Ulysse est seulement un écrivain, juste un écrivain, mais n’est-ce pas ça le plus difficile, d’être un écrivain, ce genre d’être qui sait que, dans la furie du temps, lorsque s’approchent les tempêtes, il n’y a rien de plus essentiel que de s’en tenir au bois de son écriture et au foyer de celle qu’on aime ?


source : http://www.facebook.com/notes/franck-olivier-laferr%C3%A8re/louis-st%C3%A9phane-ulysse/10150105390019191





HAROLD / SITE CURIEUX DE TRUCS

Mardi 2 novembre 2010
Étrange roman dont le 'héros" est un corbeau amoureux de
héroïne du film
d'
"Les Oiseaux"





Peut-être la photograhie ci-dessous a été le déclencheur de son inspiration?...





Par GLS - Publié dans : Livres - Communauté : partage 
Ecrire un commentaire - Partager        


source : http://www.curieuxdetrucs.com/

HAROLD / CINE LIVE

HAROLD / JACQUES LINDECKER / L'ALSACE

HollywoodLe mal sous les feux de la rampe

Bret Easton Ellis et Louis-Stéphane Ulysse nous entraînent dans les coulisses de la machine à rêves, Hollywood. Vertigineux, sanglant, époustouflant.






HAROLD / SITE "PARTAGELECTURE"

[Ulysse, Louis-Stéphane] Harold
par Pinky le Jeu 27 Jan - 17:57

Harold



Policier

344 pages édité au serpent à plumes en août 2010

Résumé

État de Californie, septembre 1961. Chase Lindsey, un éleveur d’oiseaux, recueille un corbeau blessé qui porte une bague argentée à la patte. L’oiseau s’appelle Harold.
Bodega Bay, 1962, le tournage des Oiseaux d’Hitchcock peut enfin commencer. Harold et Chase y participent, totalement hypnotisés par la fascinante Tippi Hedren.
Mais Harold est dangereux… et Tippi, en déroute…

Voici le point de départ d’une histoire hors du commun : l’histoire d’un corbeau et d’une actrice. Autour d’eux, Alfred Hitchcock, Éva Beaumont, Lew Wasserman, Mickey Cohen, les redoutables frères Gianelli, Abraham Zapruder, s’affrontent et se croisent dans un récit qui flirte avec le roman noir et le technicolor.

Harold, une histoire d’amour et de désir, une histoire de mort, une ode au cinéma et aux gangsters, où les bas-fonds de Los Angeles ne sont jamais bien loin des studios d’Hollywood.

Révélé par Florent Massot avec Soleil sale (1996), Louis-Stéphane Ulysse a fait partie des premiers auteurs de la « nouvelle génération » de Marion Mazauric, aux éditions J’ai lu. Il a publié également chez Calmann-Lévy et Flammarion.
Harold est son huitième roman.

Mon ressenti

Moi qui suit une réplique parfaite de Tippi mais en brune (quoi vous ne me croyez pas …), cela faisait un moment que ce volatile me faisait de l’œil quand je passais dans les rayons de livres. J’ai fini par l’acheter, moi une grande fan du film « les oiseaux », du cinéma d’Alfred Hitchcock, du cinéma de cette époque, je ne pouvais ne pas l’acheter…

C’est un livre déstabilisant, car l’auteur a su mêler l’histoire du film, les anecdotes, la vie des acteurs, du réalisateur, le tournage, donc une certaine réalité avec le reste, à tel point que je ne sais pas ce qui est vrai du faux… Bien sûr l’auteur romance l’atmosphère de l’époque avec les chantages, les enlèvements, des trafics et d’autres manipulations… de bandits bien identifiés comme faisant partie de la mafia ? Et bien sûr avec un suspense diabolique avec cet oiseau noir et son amour inconsidéré pour cette actrice Tippi… Qui est qui ? Qui est le fantasme de qui ?…

Par contre, si j’ai adoré tout ce qui se rapporte au film, j’ai moins aimé les parties concernant la mafia, mais c’est moi ça. Et puis surtout, il me manque des réponses, et ça, je n’aime pas du tout… mais je pense que c’est fait exprès….

A découvrir pour les amateurs

SOURCE : http://partagelecture.forums-actifs.com/t8040-ulysse-louis-stephane-harold



HAROLD / SITE "OTHER WORLDS"




Comme je le disais dans "Ma lecture du moment", quand je suis tombé à la médiathèque sur ce livre dont j'avais jamais entendu parler, je me suis instantanément senti obligé de le lire. 
Et comme cette lecture a été du genre dévorante et que j'ai bouclé ces 340 pages en deux jours (même si c'est plein de chapitres courts qui s'enchaînent à toute vitesse), je me sens maintenant obligé de lui faire l'honneur d'un post rien qu'à lui.

En même temps, c'était gagné d'avance : l'auteur prenant pour cadre à son histoire le tournage des Oiseaux d'Hitchcock, et plus particulièrement les relations complexes entre le réalisateur et Tippi Hedren - c'était clair que ça allait titiller ma fibre cinéphile d'adorateur du maître du suspense. But atteint haut la main : Ulysse relpace tout un tas d'anecdotes connues et de faits plus ou moins avérés dans le contexte d'une histoire plus large, et ça fait acrrément plaisir à lire. Il y a évidemment un aspect ludique à repérer les nombreux clins d'oeil à l'histoire du cinéma; qui est le gros aspect positif du livre. 

La (bonne) surprise vient du fait que ce n'est pas juste un bouquin pour cinéphiles monomaniaques. 
Le corbeau Harold n'est qu'un prétexte qui court tout au long du livre pour décrire le Los Angeles du début des années 60 et livrer une vision d'un pan de l'histoire américaine. On dirait un peu du James Ellroy - light parce qu'on est loin du côté "panoptique" d'un "Underworld USA", mais quand même. Ainsi, autour du tournage des Oiseaux et Marnie, gravitent la mafia des frères Gianelli, le film de la mort de Kennedy par Abraham Zapruder, des flics des moeurs qui enquêtent sur des films pornos sordides vendus sous le manteau...Que cette vision soit celle de l'Amérique fantasmée par un auteur français ne l'empêche pas d'être très accrocheuse. 

C'est sûr que c'est pas un grand livre, pas certain d'ailleurs que si d'autres personnes lisent ce livre, elles accrochent autant que moi qui l'ai aimé parce qu'il me parlait... Mais moi je suis bien contente de ma découverte - et je le conseille même pour passer de toute façon un bon moment entre deux trucs plus conséquents.


SOURCE : http://thexphill.free.fr/punbb/viewtopic.php?id=1102



HAROLD / FONDU AU NOIR

"Fondu au noir" est une association qui participe au festival "Mauves en noir", on peut voir leur site en suivant ce lien : http://www.mauvesennoir.com/index.php?lng=fr ... 

Je ne fais pour ainsi dire jamais de signatures et de festivals, non par coquetterie mais simplement parce que je m'y sens particulièrement mal à l'aise, et que je n'ai jamais aimé le rapport induit entre l'écrivain, "ses" lecteurs, la place de l'auteur derrière sa table... Pour moi, ça ne ressemble pas à l'image que je me fais de l'écriture, son secret... 

Je me souviens de cette phrase que me disait Andréas Voutsinas lorsque je travaillais sur son livre d'entretiens... L'histoire du parfum, de son flacon, du flacon que l'on ouvre et qui, de fait, s'évapore peu à peu... 

Les écrivains qui m'ont le plus intrigué, fasciné, quand j'étais plus jeune, se baladaient souvent avec une seule et unique photo en quatrième de couverture, et d'autres, je ne sais même pas à quoi ils pouvaient ressembler, et pas vraiment envie de le savoir... Peut-être pour ça aussi, que mon médium favori est la radio... 

Pour moi, un livre c'est avant tout autre considération une voix qui s'invite et passe dans ma tête, mes meilleurs souvenirs de lecture ressemblent à ça... 

Cette mode, cette volonté, de poser l'auteur, comme on pourrait le faire d'une rock star, sur une image très définie ne me convient pas... Quant aux signatures, le simple fait de devoir rester assis derrière une table avec sa pile, c'est une image qui me glace... 

Lors des quelques salons du livre auxquels j'ai pu participer, la seule envie, au bout de cinq minutes, était d'aller voir, découvrir les livres des autres, être au milieu des gens, qu'ils écrivent ou pas, à partager et échanger, envie de rire... Gamin, on disait de moi, que je pouvais faire n'importe quoi pour pouvoir rire... ça n'a pas beaucoup changé.

Je garde un très bon souvenir d'une signature à la librairie Ciné-Reflet... http://cinereflet.com/... Vraiment sympa, pas courant, non plus, au coeur de Paris, à deux pas de l'Odéon, un lieu magique avec plein de livres dédiés au cinéma.

Les personnes présentes étaient toutes très classe, bienveillantes, à la bonne place... bien quoi...

Pour en revenir à "Fondu au noir", qui induit aussi une façon élégante de terminer une séquence, j'ai eu un peu de regrets, parce que les photos des autres années, laissent voir une ambiance plutôt chaleureuse et "bon esprit"... Mais, bon, voila : Scénario, roman, vie... Warhol disait que la vie était tout un travail...