Articles

Affichage des articles du décembre, 2010

HAROLD / FRANCE-AMERIQUE, LE JOURNAL FRANCAIS DES ETATS-UNIS



France-Amérique
MERCREDI 29 DÉCEMBRE 2010

Dix auteurs français dans l’Amérique littéraire




Terre d’exil et lieu de la littérature par excellence, le continent américain remporte les suffrages de l’exil de la rentrée littéraire française 2010.


San Francisco, Detroit, Kansas City. Sous la plume de jeunes romanciers français, l’Amérique se transforme en territoire de fiction. France-Amérique a sélectionné pour vous 10 romans français   parus en 2010 dont le cadre ou l'écriture sont d'essence américaine.


"Harold, de Louis-Stéphane Ulysse (Le Serpent à Plumes).
Un étrange roman noir inspiré du tournage du film Les Oiseaux d'Alfred Hitchcok, qui capture l’essence d’Hollywood.
Résumé:
Etat de Californie, septembre 1961. Chase Lindsey, un éleveur d’oiseaux, recueille un corbeau blessé qui porte une bague argentée à la patte. L’oiseau s’appelle Harold. Bodega Bay, 1962, le tournage des Oiseaux d’Hitchcock peut enfin commencer. Harold et Chase y participent, totalement hypnotisés par la fascinante Tippi Hedren. Mais Harold est dangereux, et Tippi, en déroute… Voici le point de départ d’une histoire hors du commun : l’histoire d’un corbeau et d’une actrice. Autour d’eux, Alfred Hitchcock, Eva Beaumont, Lew Wasserman, Mickey Cohen, les redoutables frères Gianelli, Abraham Zapruder, s’affrontent et se croisent dans un récit qui flirte avec le roman noir et le technicolor."





HAROLD / SITE PAPERBLOG

CULTURE, LIVRES
Louis-Stéphane Ulysse - Harold

342 pages qui happent le lecteur...


Etat de Californie, 1961, Chase éleveur d'oiseauxs recueille un corbeau blessé. A sa patte, il découvre une bague argentée gravée au nom d'Harold. Très vite, Harold se montre très différents des autres oiseaux : intelligent et comme poussé par une détermination d'arriver à des propres fins. Chase est contacté pour participer au tournage du film Les oiseaux d'Alfred Hitchcock. Entre la fascinante actrice Tippi Hedren et Harold, une relation très étrange s'instaure. L'oiseau semble s'être appropriée l'actrice. Chase se méfie des réactions d'Harold et il a bien raison. Le tournage du film prend plus de temps que nécessaire et Chase découvre l'arrière du décor du cinéma d'Hollywood à ses propres dépens.


Avertissement : O toi, l'amoureux de la nature qui t'émerveille avec tendresse devant un merle picotant un ver de terre ou un rouge-gorge qui chante aux aurores, après ce livre, ta vision des oiseaux sera modifiée...

Quel livre ! Dès les premières pages, il se dégage une ambiance particulière. On pressent qu'Harold est bien loin d'être d'un corbeau commun. Avec une écriture qui se révèle un véritable appeau, impossible de s'en détacher !

Et c’est avec plaisir que j’ai suivi le tournage du film mythique Les oiseaux. Les détails, les problèmes techniques permettent de revisionner ce film sous un autre angle. Tout s'enchaîne à merveille et je me suis déconnectée du présent. La forte personnalité d'Hitchcock, l’énigmatique Tippi, les inquiétudes de Chase, l’ensemble crée une tension palpable.

Au fil des pages, on plonge dans une autre ambiance liée au contexte de l’époque. Sous les paillettes du Hollywood des années 60, il y a la mafia, l'agent sale et des politiques qui veulent mettre de l’ordre. Changement d’ambiance, Chase le gentil éleveur devient l’un des rouages d’une histoire sombre. Et, l’ombre d’Harold devient plus inquiétante…

Je n’ai pas vu le temps passer tellement prise par cette lecture ! Déconnection totale avec le présent garanti. Résultat, j'ai frôlé le coup de cœur… Un livre dont la trame est orchestrée avec brio et dont écriture enrole le lecteur !




Source : http://www.paperblog.fr/3575418/louis-stephane-ulysse-harold/




HAROLD / PODCAST SITE "LE LITTERAIRE.TV"

DE MINUIT A MINUIT / QUATRIEME DE COUV

HAROLD / LIBRAIRIE PAGES D'ECRITURE

LIBRAIRIE PAGES D'ECRITURE
23 RUE DU MARCHE 87500 SAINT-YRIEIX
TEL : 05.55.00.66.96




CHRONIQUES RADIO KAOLIN BLOGS JEUNESSE BLOGS AUTEURS BLOGS ET SITES ÉDITEURS
Dimanche 5 décembre 2010
Harold
Californie, 1961. Chase Lindsey vit dans une ferme près de Waldon, dans laquelle il élève des oiseaux, « dans une région incertaine, hésitant entre la fin des montagnes du Nevada, à l’est, et les forêts californiennes à l’ouest. » Il mène une vie de reclus, ses journées rythmées par les soins apportés aux oiseaux et par les différentes réparations à effectuer dans la ferme.
Le bel ordonnancement de son élevage va être bouleversé par l’arrivée d’un oiseau blessé, un corbeau étrange qui porte une bague à la patte sur laquelle figure son nom : "Harold". Impossible de savoir d’où vient cet oiseau, mais Chase s’aperçoit très vite qu’il n’est pas comme les autres corbeaux qu’il a pu dresser : Harold semble doté d’une intelligence exceptionnelle, mais il est aussi un oiseau dangereux, capable de tuer son rival pour rester le maître de la volière de Chase.
Contacté par un autre éleveur, Chase est invité à participer, en 1962, au tournage du dernier film d’Hitchcock à Hollywood : « Les oiseaux ». Conscient que l’argent ainsi récolté lui sera utile pour continuer à faire marcher son élevage, Chase va néanmoins se retrouver dans un univers étrange où les acteurs, réalisateurs et producteurs côtoient les plus redoutables mafieux de l’époque. Entre fascination pour le monde du cinéma, admiration pour l’actrice principale du film Tippi Hedren et soirées où drogue, alcool et argent se mélangent, Chase va se laisser emporter par ce milieu et se retrouver pris au piège des magouilles mafieuses qui le dépassent.
Au-dessus de tous ces personnages, Harold observe. Et surtout, Harold est hypnotisé par Tippi Hedren, se pose gentiment sur son épaule pendant le tournage du film et reste près de sa maison, faisant fuir les intrus à coups de bec mortels.
Etrange mais néammoins intéressant point de départ pour une histoire qui plonge le lecteur dans le milieu du cinéma hollywoodien, à une époque où la ligne de démarcation entre les industriels du cinéma et les patrons de la pègre est bien mince. D’une écriture précise, vive, Louis-Stéphane Ulysse nous entraîne avec bonheur sur les plateaux de cinéma, nous fait voir l’envers du décor et le caractère assez épouvantable d’un Alfred Hitchcock littéralement obsédé par son actrice principale. Malgré une réserve sur la fin (les derniers chapitres) qui m’a paru un peu surprenante, « Harold » est un moment de lecture que j'ai beaucoup apprécié, qui oscille entre roman sur le cinéma et roman noir.
« La vérité, c’est que Chase se sentit soudainement comme un gamin face à l’imposante stature. Le jeune fermier hésitait entre le respect et l’envie de rire devant les manières presque enfantines d’Hitch. Un bouddha sacré qui n’aurait pas supporté la moindre contrariété, surtout si elle provenait d’un autre homme. »

"Harold" Louis-Stéphane Ulysse (Serpent à Plumes, 19€)

Par Catherine Demontpion Ecrire de jolies lettres
Publié dans : littérature étrangère
Précédent : Nouveautés en poche : polars


Source : http://pagesecriture.over-blog.com/article-harold-62038092.html